Call us on  +33 627755711

Home » Actualités » Sailing World Cup – Hyères 2017

Sailing World Cup – Hyères 2017

Exploitation et pertinence des modèles à maille fine dans le cadre de l’assistance météorologique portée à la Sailing World Cup d’Hyères 2017 :

La méthodologie appliquée pour aboutir au final à la livraison d’une prévision météorologique consiste à descendre par strates de l’étude des prévisions élaborées par les modèles à grande échelle pour se focaliser ensuite sur les résultats des modèles à haute résolution (appelé aussi modèles à maille fine). On passe ainsi de l’étude de la situation et des prévisions à une maille de 27 Km environ ( ECMWF 0.25°, GFS 0.25° etc.) qui permet de cerner la « mécanique globale » des centres d’action (dépressions, anticyclones et systèmes frontaux) pour descendre par strates aux prévisions des modèles à maille fine (exemple : maille de 15Km puis de 3Km et enfin de 1 Km). Avant de nous intéresser aux résultats de ces modèles à maille fine, jetons les grandes lignes de la situation à grande échelle (échelle synoptique) sur la semaine des régates, du 24 au 30 avril, avant de nous focaliser sur les résultats des modèles maille fine.

Le lundi 24 avril, journée préparatoire aux régates officielles qui débutaient le lendemain, la région d’Hyères se trouvait en flux faible à modéré de secteur Est dans la partie ouest d’une très faible dorsale issue d’une cellule anticyclonique sur le sud-est de l’Europe (Serbie) tandis qu’à l’ouest, une dépression 1014 hPa se positionnait sur la péninsule ibérique.

Les effets de la dorsale s’estompaient définitivement dans la soirée du mardi 25 avril sur la zone de régates et dès mercredi 26, la dépression centrée au sud des Alpes prenait l’ascendant en imposant un flux faible de secteur ouest dominant.

Le mercredi 26 au soir, la hausse des pressions s’amorçait sur la France et un vent faible oscillait entre Sud-ouest et nord-ouest. Après une journée du jeudi 27 très similaire à celle de la veille, nous arrivions à une situation de type Mistral au large d’Hyères le vendredi 28 avril.

Le samedi 29, une zone de hautes pressions relatives du golfe de Gênes aux Baléares perpétuait un flux d’est faible à modéré sur la zone et après une situation de marais barométrique (isobares espacées, désorganisées, vent faible) dans la nuit suivante, un thalweg issu d’une dépression sur la Grèce prenait l’ascendant avant de se combler entièrement et le dimanche, les vents d’Est à SE restaient inférieurs à 10 Nds sur la région.

En simplifiant énormément, on peut dire qu’un modèle à maille fine est « forcé » par un modèle de maille d’échelle supérieure. Partant de ce fait, il est évident que la première source des différences observées entre les prévisions des modèles à maille fine et les conditions (ici le vent) enregistrées in situ en temps réel proviennent principalement des erreurs du modèle servant à alimenter le modèle d’échelle sous-jacente.

A ce jeu, les résultats des modèles « haute résolution » (15, 3, 1 Km) ont été très pertinents sur les journées des lundi 24, mardi 25 avril, samedi 29 avril et le dimanche 30 en matinée. Le mercredi 26, la surestimation du vent d’ouest par le modèle GFS se répercutait jusqu’au modèle à 1 Km.

Le jeudi 27, les vents faibles observés le matin étaient bien perçus par le modèle 1 Km apportant une véritable plus-value à un GFS qui n’imaginait pas moins de 10 Nds. L’évolution diurne avec un

desserrement de gradient de pression depuis la dépression sur le nord de l’Italie n’étant pas perçu par GFS, le vent du modèle maille fine annonçait des valeurs jusqu’à 20/22 Nds alors que le vent demeurait oscillant du SW au NW inférieur à 6 Nds.

Vendredi 28, en condition de Mistral, le modèle de forçage, le GFS, donnait sur la rade